Anton Le Roex :
"Les gouvernements africains doivent créer des opportunités"

Je suis Anton Le Roex, doyen de la faculté des sciences de l’université du Cap.

Pourquoi est-il important que des doctorants africains partent à l’étranger et reviennent?

Il est extrêmement important que les étudiants africains partent à l’étranger. La science est un sujet universel. Nous n’avons pas toujours les meilleurs installations dans nos pays. Et pour obtenir un diplôme élevé, il est important d’aller à l’étranger, pour apprendre de nouvelles techniques, de nouvelles idées, des façons différentes de faire de la science. De cette façon, lorsqu’ils reviennent sur le continent, nos étudiants peuvent contribuer à l’amélioration de sa situation.

Quels sont les principaux enjeux à leur retour?

C’est extrêmement important qu'ils reviennent. L’Afrique est un continent en développement. Et la seule possibilité que la situation s'améliore est que les meilleurs de nos jeunes chercheurs reviennent. Pour cela, les gouvernements doivent comprendre qu’ils doivent créer des opportunités, qu’ils doivent financer des positions intermédiaires dans les universités, tels que des post-docs pour leur permettre de revenir et de développer une réputation compétitive. Pour les chercheurs qui ne reviennent pas à l’université, il faut qu’il y ait des opportunités dans le secteur privé, dans les gouvernements, avec la création d’emplois, la construction d'infrastructures, la mise à disposition de ressources financières et d'équipements, de façon à ce que ces jeunes experts puissent donner le meilleur d’eux-mêmes pour améliorer la science et pour contribuer au développement économique et social du pays. C’est que qu’il faut faire pour que nos jeunes chercheurs reviennent.

0
0
0
s2smodern